Slider
Sie befinden sich hier: Schluchseewerk AG > Info > QR01 – Tafel Staumauer > Schluchsee (FR)

Le lac Schluchsee

L’énergie en mouvement

D’une longueur initiale de trois kilomètres, le lac Schluchsee s’est formé il y a environ 10 000 ans lors de la glaciation du massif Feldberg remontant à la dernière période glaciaire. La construction de ce barrage dans la haute vallée de la Schwarza s’est déroulée entre 1929 et 1932 et a rehaussé le niveau de l’eau d'environ 30 mètres. Elle a donné naissance à un lac de retenue de 7,5 kilomètres de long et d’une capacité utile en eau maximale de 67,2 mètres cubes. Ce lac de retenue sert de réservoir annuel au groupe de centrales Schluchsee qui comprend les centrales Häusern, Witznau et Waldshut. C'est également le bassin supérieur de la centrale de Häusern, située au palier supérieur. Il s’alimente de flux naturels d’eau provenant du bassin versant du massif du Feldberg qui s’étend sur 72 kilomètres carrés mais aussi des eaux du Rhin pompées via les trois paliers de la centrale. Le barrage du Schluchsee est un barrage-poids en béton intégrant des blocs de granit. Sa sécurité est surveillée sur la base de mesures réalisées en continu. L’ouvrage de 285 000 tonnes a une longueur de 240 mètres, une hauteur maximale de 63,5 mètres (dont 27 mètres enfouis dans le sol) et une largeur de crête de 3,7 mètres.

Transition énergétique

Il importe plus que jamais d’être capable de stocker de grandes quantités d’électricité mais aussi d’en produire en quelques secondes pour répondre à la demande. En Allemagne, le soleil et le vent jouent depuis longtemps un rôle important dans l’approvisionnement en électricité et leur part ne cesse de croître. Tributaires des conditions météorologiques, ces sources d’énergie ne sont toutefois pas fiables. Les centrales de pompage-turbinage interviennent en cas de surcharge du réseau ou de pénurie mettant en danger l’approvisionnement. Et ce en quelques secondes, sans émissions et pour des puissances au top des technologies de stockage existantes.

Mode de fonctionnement d’une centrale de pompage-turbinage

Une centrale de pompage-turbinage se compose d’un bassin supérieur et d’un bassin inférieur. Entre ces bassins se trouvent des stations qui pompent l’eau vers le haut en cas d’électricité excédentaire ou la renvoient via des turbines vers le bassin inférieur pour produire de l’électricité en cas de besoin. Ces centrales s’adaptent donc à tout moment très précisément aux besoins du réseau d’électricité. Propres, efficaces et fiables, elles contribuent à la sécurité d’approvisionnement.

 

Schluchseewerk AG

Avec ces cinq centrales de pompage-turbinage, Schluchseewerk AG est l’un des premiers fournisseurs et l’un des plus grands spécialistes en Europe. Partenaire de ses actionnaires, la société veille au bon fonctionnement et à la sécurité de toutes ses centrales. Elle garantit ainsi leur rôle et leur utilité dans la stabilisation du réseau d’électricité ainsi que leur contribution à l’approvisionnement énergétique d’aujourd’hui et de demain. Schluchseewerk AG – l’électricité au top à tout moment !

Groupe de centrales du Schluchsee

Les trois centrales de pompage-turbinage du groupe de centrales du Schluchsee – Häusern au palier supérieur, Witznau au palier intermédiaire et Waldshut au palier inférieur – stockent et produisent de l’électricité grâce à l’eau transférée entre le Schluchsee et le Haut-Rhin. Associés aux flux d’eau naturels provenant de la zone est du massif du Feldberg, ces transferts d’eau permettent avant tout de produire une énergie écologiquement rationnelle pour équilibrer le réseau interconnecté européen.

Faits et chiffres :

  • La surface de l’eau du Schluchsee est de 514 hectares quand il est plein – une superficie équivalente à 720 terrains de foot.
  • Le remplissage complet du Schluchsee avec un tuyau d’arrosage prendrait plus de 11 000 années.
  • Un mètre de hauteur du Schluchsee correspond à une capacité de stockage de 6,5 gigawattheures d’électricité, soit la capacité de stockage des batteries de plus de 130 000 voitures électriques.
Nach oben